Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre : De la location à la gestion, de Michele Levraud

Plutôt que d’acheter ou louer un bien immobilier de façon traditionnelle, synonyme de pouvoir d’achat fortement diminué, de plus en plus de personnes utilisent la solution du logement contre services pour se loger pas cher. Le principe: un hébergement contre des petites missions (garde d’enfants, ménage, courses …). Pour les propriétaires qui proposent ce type de logement, c’est une façon simple d’arrondir leur fin de mois en plus de bénéficier d’une aide gratuite au quotidien. C’est du gagnant-gagnant selon le livre "De la location à la gestion", de Michele Levraud, spécialiste en estimation de maison à Montpellier .

 

Le logement contre service, comment ça marche ?

Le logement contre service désigne une partie de l’habitation non occupée, louée en échange de quelques services, allant de l’entretien de la maison à la garde d’enfants, en passant par le soutien scolaire et le bricolage… Cette solution, qui convient tant à celui qui propose la location qu’à celui qui en profite, nécessite toutefois pour les deux parties d’être bien informées sur l’aspect juridique de la démarche afin d’éviter les pièges et les arnaques.

Le prix

Ce type d’hébergement est un excellent moyen, principalement pour les jeunes adultes, d’acquérir un peu d’indépendance à moindre coût. Le prix est en effet quasi nul, puisque l’hébergeur est « payé » par les diverses missions effectuées par le locataire.

Pour définir la quantité de services nécessaire, le propriétaire doit s’adapter au type de logement proposé. Attention, donc, à ne pas accepter un nombre démesuré d’heures de travail en échange d’une chambre minuscule. A l’inverse, méfiez-vous des offres trop alléchantes, bien souvent synonymes de pièges.

Généralement, la charge de travail doit correspondre au SMIC horaire.

L’importance du contrat

Il est primordial, pour la sécurité du propriétaire et pour celle du locataire, que le type de services et le nombre d’heures de travail soient spécifiés dans un contrat écrit, et signé par les deux partis. Ainsi, vous éviterez les débordements qui seraient considérés, aux yeux de la loi, comme du travail au noir.

Votre logement contre services ne rentrerait alors plus dans le cadre de la loi, qui encadre déjà très peu cette pratique. C’est donc à vous, propriétaire ou locataire, de veiller au respect du contrat de location.

Ce qu’il faut retenir

Si vous souhaitez profiter d’un hébergement contre services, gardez à l’esprit que vous seul pouvez définir le contrat qui vous convient, et éviter ainsi l’exploitation ou les mauvaises conditions de logement.

Vous êtes propriétaire et souhaitez louer une partie de votre bien immobilier contre un peu d’aide au quotidien (ménage, bricolage, garde d’enfants, etc)?  Pour que cette démarche se fasse dans les règles, pensez à stipuler tout ce qui vous semble important dans le contrat de location : la ou les missions à effectuer, le nombre d’heures de travail demandées, mais aussi les règles concernant les parties communes de l’habitation, etc.

Enfin, n’oubliez pas qu’un logement contre services n’en demeure pas moins une location : pour la sécurité de tous, il est indispensable que le locataire dispose d’une assurance habitation.

"De la location à la gestion", de Michele Levraud, éditions       Heures De France , 2019

 

Écrire un commentaire

Optionnel